Editorial de numéro de septembre/octobre 2021

Ci dessous, éditorial du Père Pierre BOUIN, curé de VAYRAC

VIVRE L’ESPÉRANCE
Lorsqu’on me demande de rédiger un éditorial, je suis toujours atteint du vertige de la feuille blanche. Je me demande ce que je vais bien pouvoir écrire. Alors, je réfléchis, parce que ça m’arrive aussi, et je rassemble différents ingrédients, un peu comme une cuisinière qui pense à ses invités.
Etant très mauvais aux fourneaux, je prends là quelques risques. Les premiers mots qui me sont venus à l’esprit sont le titre de cet éditorial : « Vivre l’Espérance ». Sur ce sujet, vous vous souvenez sans doute du beau texte de Charles Péguy. En voici le début :
« Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas. Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout.
Cette petite fille espérance. Immortelle. »
C’est pourquoi, en cette traditionnelle période de rentrée, il me semble indiqué de dire, qu’en toutes circonstances, nous sommes appelés à vivre l’espérance absolue contenue dans le message chrétien. En ce monde, douloureusement touché par la violence, dans notre église aux clivages maintenant visibles et divisions désormais très marquées, la vocation chrétienne est de vivre au mieux cette espérance et, sans doute, éviter de nous lamenter en permanence.
Ce monde d’aujourd’hui n’est ni pire ni meilleur que celui d’hier et nous avons tous une part de responsabilité dans ce qui arrive de bien ou de mal. Inspirée par la Parole de Dieu, une communauté chrétienne se doit d’être comme un phare dans la nuit et parfois la tempête. C’est sa raison d’être. Si, elle ne le fait pas, qui le fera ? Au cours des âges, toute l’expérience chrétienne nous invite à l’accueil d’un Dieu qui a voulu partager notre humanité et le Christ dira un jour : « Bienheureux celui qui accueille la Parole et qui la garde. » Par la suite, il parlera des « Arbres dans la mer » pour nous inspirer Foi et Espérance. Texte qui a touché nombre de poètes chrétiens :
LES ARBRES DANS LA MER
« Regardez : la Vierge a un enfant,
Un homme est né de Dieu, le ciel est parmi nous :
Le peuple n’est plus seul !
Il ne faudrait qu’un brin de foi, et vous verriez les arbres dans la mer :
Les mendiants qui sont rois, les puissants renversés,
les trésors qu’on partage ! »

Pierre Bouin.