Accueil > Actualités > Nouvelle traduction du « Notre Père », le dimanche 3 décembre 2017.

Nouvelle traduction du « Notre Père », le dimanche 3 décembre 2017.

mercredi 29 novembre 2017

La version actuelle du « Notre Père » est utilisée depuis 1966, à la suite d’un compromis œcuménique signé dans la foulée du concile Vatican II. Mais un problème était apparu d’un point de vue théologique à propos de la sixième demande : « Ne nous laissez pas succomber à la tentation » était devenu « Ne nous soumets pas à la tentation ».
En fait, le verbe grec « eisphérô » (Mt 6,13) qui signifie littéralement « porter dans », « faire entrer », aurait dû être traduit par « Ne nous induis pas en tentation » ou « Ne nous fais pas entrer en (dans la) tentation », ou encore « Ne nous introduis pas en tentation ».
Un nécessaire approfondissement théologique
Or la formulation de 1966 laissait supposer une certaine responsabilité de Dieu dans la tentation qui mène au péché, comme s’il pouvait être l’auteur du mal. Cette traduction pouvant prêter à confusion, il fallait donc un approfondissement théologique.
L’Église protestante unie de France (EPUdF), qui réunit luthériens et réformés, a elle aussi validé ce changement, lors de son synode national du printemps 2016.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Pierre ANDRE à partir du théme réalisé par Kozlika sous Licence GPL